Que signifient les couleurs du drapeau Arc-en-Ciel

Vous avez peut-être déjà remarqué les drapeaux dans certaines manifestations comme la gay pride, ces derniers sont dits « arc-en-ciel » et l’on retrouve ainsi une symbolique bien particulière pour chacune des couleurs représentées. Dans cet article, découvrons la signification de chacune des bandes du drapeau pour mieux comprendre ce que représente le mouvement LGBT.

Le sens de chaque couleur du drapeau LGBT

Le drapeau arc-en-ciel est un symbole de l’unité et de la diversité de la communauté. Il est composé de six couleurs, qui représentent différents aspects, notamment le rouge, qui nous rappelle que nous devons être reconnaissants pour ce que nous avons toutes et tous : La vie ; le jaune, qui apporte le bonheur dans nos vies grâce à la chaleur et à la lumière du soleil (ce qui signifie également un nouveau départ) ; le vert, qui rend à la nature le crédit qui lui revient en tant que force importante dans l’histoire de l’humanité, tout en promouvant la sensibilisation à l’environnement à grande échelle. Le bleu, pour sa part, symbolise l’art qui est une composante essentielle de l’humanité et le violet est perçu à l’échelle internationale comme une couleur promouvant la spiritualité.

Le drapeau a été créé suite à la demande de Harvey Milk, un homme politique américain ouvertement gay, devenu célèbre pour son travail à San Francisco. Il doit son origine à l’artiste Gilbert Baker (qui le créa en 1978) et est depuis internationalement reconnu comme un symbole de la diversité parmi d’autres choses comme l’égalité ou la libération de l’oppression due à la seule orientation sexuelle.

Quelle est l’origine du mouvement LGBT ?

Il fut un temps où les homosexuels américains souffraient d’un système juridique homophobe et transphobe. Ils faisaient l’objet de nombreuses discriminations, mais ce n’est qu’à la fin des années 1960 que de nombreux mouvements sociaux ont vu le jour, comme Stonewall, qui allait changer la donne pour les décennies à venir.

Les émeutes de Stonewall de 1969 (un bar à New-York) sont considérées comme le début de ce que nous connaissons aujourd’hui comme LGBTQI+, le terme issu de l’américain pour désigner l’ensemble des communautés comme le précise le site Que Veut Dire.

La communauté LGBTQIA+ est un segment dynamique, diversifié et important de la société. Elle est confrontée à de nombreux défis, y compris, mais sans s’y limiter, à des crimes haineux en raison de son identité ou de son mode de vie. L’histoire remonte assez loin sur la question de la discrimination puisqu’un événement en 1969 (le 28 juin) est à son origine. Alors que les tensions étaient fortes entre les drag queens et les policiers dans le bar évoqué plus haut, une bagarre fut déclarée ; Les émeutes dans les clubs de New York conduisaient souvent les policiers à faire preuve d’arbitraire lors de leurs descentes dans ces lieux.

La tension entre la police de la ville de New York et les résidents gays de Greenwich Village s’est intensifiée dès le lendemain, le 29 juin. En l’espace de quelques semaines, les habitants de ce quartier (et en particulier le bar de StoneWall détenu par la mafia de l’époque) se sont organisés en groupes d’activistes pour créer des espaces sûrs pour ceux qui avaient déjà été pris pour cible par les officiers, sans craindre d’être arrêtés ou, pire encore, d’être battu en revenant plus tard le soir s’ils étaient trouvés à marcher seuls dehors après les heures d’ouverture. Le mouvement de révolte contre les discriminations était né.